Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 17:09

 

Partager cet article
Repost0
29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 12:47

Logo du Canard enchaîné

 

"Sarko a failli être inéligible"

 

Le candidat de l'UMP peut remercier ses adversaires : leur manque de vigilance lui a permis d'échapper à la radiation des listes électorales. Plus cocasse : il risquait tout simplement de ne pouvoir se présenter à la présidentielle puisque la loi exige que les candidats justifient de leur qualité d'électeur.

 

Aujourd'hui, Sarkozy figure toujours sur les listes électorales de Neuilly-sur-Seine sous le numéro 01293. Mais il y est inscrit (tout comme Cécilia) irrégulièrement. Et pour une raison bien simple : le couple n'habite plus à 'adresse indiquée sur les registres - son ancien logis de l'île de la Jatte - et il n'a ni loué ni acheté un autre logement à Neuilly dan les délais exigés par le Code électoral.

 

Après avoir vendu, le 6 novembre 2006, son fameux appartement, Sarko aurait dû, comme tout le monde, régulariser sa situation et se faire enregistrer à son nouveau domicile, le ministère de l'intérieur. Mais cet étourdi n'en a rien fait...

 

La loi est formelle : en cas de déménagement, tout citoyen doit déclarer son changement d'adresse au bureau des élections de la mairie de son nouveau domicile. Si la démarche n'a pas été effectuée avant le 31 décembre, n'importe quel électeur peut, entre le 10 et le 20 janvier, demander au tribunal d'instance e rayer le nom litigieux des listes.

 

La personne sanctionnée doit alors attendre un an avant de pouvoir se réinscrire. La procédure est un peu raide, mais elle n'a rien d'exceptionnel : lors de chaque révision des listes, de nombreux citoyens se retrouvent provisoirement privés de leur droit de vote. Cette mesure est destinée à limiter les risques de triche.

 

Difficile pour Sarko de plaider l'ignorance de la loi : maire de Neuilly durant dix-neuf ans, il était chargé de l'appliquer. Et, comme ministre de l'intérieur, il organise les élections et veille à la bonne tenue des listes électorales dans les 36 000 communes de France. Si elles ont été aussi bien gérées qu'à Neuilly...

 

Paru dans l'édition du 28 mars 2007, page 8.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2007 3 28 /03 /mars /2007 12:52

 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2007 2 27 /03 /mars /2007 13:00

Soutien-a-Segolene-Royal.png

 

Pour apporter votre soutien à Ségolène Royal pour l'élection présidentielle de 2007, cliquez ici.

Partager cet article
Repost0
23 mars 2007 5 23 /03 /mars /2007 13:15

Logo du Canard enchaîné

 

"Sarko veut faire le ménage à France 3"

 

Le siège de France Télévisions, le 18 mars à 19h30. Nicolas Sarkozy débarque escorté d'une escouade de gardes du corps, de conseillers et de sa maquilleuse personnelle. Il vient participer à l'émission '"France Europe Express", animée par Christine Ockrent sur France 3.

 

Deux journalistes l'accueillent et le conduisent dans sa loge de maquillage. Premier drame : les autres invités de l'émission occupent déjà tous les sièges et le ministre-candidat doit poireauter. Tout d'un coup, il éclate : "Je ne veux pas attendre plus longtemps, je veux me faire maquiller tout de suite." Il lui est répondu qu'il n'y a qu'un seul salon, et donc qu'il doit faire preuve d'un peu de patience. Sarko hurle encore plus fort : "Mais enfin, il n'y a personne pour m'accueillir. La direction n'est pas là ? Ce n'est pas normal. Qu'est-ce qu'ils font ? Qui suis-je pour être traité ainsi ? ".

 

A ce moment, le candidat UMP fait un signe en direction de son conseiller en communication Franck Louvier et des policiers. "Franck, on s'en va !" Et il fait mine de rebrousser chemin. Panique des deux journalistes, qui préviennent Christine Ockrent déjà sur le plateau.

- "Il faut que tu viennes, Sarkozy est en train de partir.

- Ockrent : Mais non, il fait sa diva.

- Non, non il se dirige vers la sortie !"

 

En fait, Sarko continue de péter les plombs dans les couloirs. "Personne n'est là pour m'accueillir, s'écrie t-il. Toute cette direction (celle de France 3). Il faut la faire virer. Je ne peux pas le faire maintenant. Mais il ne perdent rien pour attendre. Ça ne va pas tarder. " *

 

Finalement, Ockrent arrive en renfort et emmène l'excité se faire poudrer dans un local de France 2. C'est en mangeant les petits-fours destinés à Marie-George Buffet, attendue pour une autre émission, que le ministre de l'Intérieur retrouve peu à peu son calme.

 

Mais ses menaces se sont propagées à la vitesse du son dans les locaux de France Télévisions. Saviez-vous que le ministre-candidat avait inclus dans son programme présidentiel une purge à France 3 ? Et la création d'un salon de maquillage exclusivement réservé à sa personne ?

 

* Passage mis en gras par nous mêmes.

 

Paru dans l'édition du 21 mars 2007, page 2.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2007 1 19 /03 /mars /2007 13:41


Ségolène Royal propose une organisation institutionnelle plus démocratique et plus efficace garantissant l'impartialité de l'État. La 6e république repose sur quatre piliers :


Une démocratie parlementaire revivifiée 

 

- Instauration du mandat parlementaire unique.

- Suppression de l'obstruction du Sénat.

- Suppression du vote bloqué et du 49-3 pour les lois ordinaires.

- La présidence de la commission des finances sera confiée à un membre de l'opposition.

- Le président de la République ne présidera plus le Conseil supérieur de la magistrature. Les membres du CSM et de la nouvelle Haute autorité du pluralisme seront désignés par le Parlement à la majorité des 3/5e afin de réellement garantir leur indépendance.

 

Une véritable démocratie sociale


- Négociation et concertation préalable à toutes réformes en matière sociale.

- Promotion d'un syndicalisme de masse.

- Représentations des salariés dans les conseils d'administrations des entreprises.

 

La démocratie participative


- Le président de la République chaque année de la mise en oeuvre du Pacte présidentiel.

- Toute proposition de lois ayant recueilli d'un million de citoyens sera examinée par le Parlement.

- Création de jurys citoyens pour discuter de la mise en oeuvre des politiques publiques et les évaluer, budgets participatifs dans les collectivités locales.

 

Une démocratie territoriale aboutie


- Clarification des compétences pour mettre fin aux superpositions et aux gaspillages.

- Péréquation des ressources entre les collectivités locales.

- Prise en charge par les régions de la remise à niveau des bâtiments et des résidences universitaires et des prisons.

 

Cette 6e république sera soumise à référendum à l'automne 2007.

 

Les discours de Dominique Strauss-Kahn et de François Hollande aux élus socialistes et républicains à Paris le 18 mars 2007 :

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 mars 2007 1 19 /03 /mars /2007 12:54

Sarko-danger.jpg

 

Ils ont connus Sarkozy et ses pratiques, des jeunes UMP parlent et prennent leur distance !

Partager cet article
Repost0
16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 22:09

Segolene-Royal-au-micro.jpg

 

"LA CONFIANCE RETROUVEE"

 

Un développement durable, une croissance forte, une dette publique maîtrisée, la réconciliation des Français avec les entreprises sont les préalables nécessaires à un retour de la confiance, à l’esprit d’initiative, à un partage effectif des richesses et à une maîtrise de la mondialisation.

 

1. Investir massivement dans l’innovation et la recherche : augmentation pendant le quinquennat du budget de la recherche et des crédits publics pour l’innovation de 10 % par an (le budget public de recherche-développement a diminué de 1 à 0,8% du PIB entre 2002 et 2005). Sur les 65 milliards d'aide aux entreprises, seuls 5 % sont orientés vers la recherche-développement : je propose de porter cette part à 15%. 
 
2. Mettre en place une politique industrielle capable de préparer l’avenir et de réduire les risques de délocalisations : avec la création d’une Agence nationale de réindustrialisation. 
 
3. Soutenir les PME : avec la création de fonds publics régionaux de participation et en leur réservant une part dans les marchés publics. 
 
4. Donner la priorité à l’investissement des entreprises : avec un taux d’impôt sur les sociétés plus bas si le bénéfice est réinvesti et plus haut s’il est distribué aux actionnaires. 
 
5. Sécuriser le parcours des jeunes créateurs en soutenant la création d'entreprises : (simplifications), en généralisant les ateliers de la création dans toutes les régions, en améliorant la protection sociale des entrepreneurs, et en mettant en place un mécanisme de cautionnement mutuel pour ceux qui garantissent les emprunts de leur entreprise sur leur patrimoine privé.  
 
6. Réformer l’Etat : un euro dépensé doit être un euro utile. Une décentralisation aboutie. Des services publics de qualité présents sur tout le territoire et accessibles par Internet. La généralisation des logiciels libres dans l’administration. 

 

"LE POUVOIR D'ACHAT GARANTI"

 

La vie chère est une réalité vécue par une grande majorité de Français et pas seulement les plus modestes. Les salaires stagnent, les pensions s’amenuisent, les prestations sociales ne compensent pas les aléas de la vie. L’accès de tous à un logement de qualité est devenu difficile pour de nombreuses familles.


7. Augmenter les salaires : Le SMIC sera porté à 1500 €, le plus tôt possible dans la législature. Afin de tirer vers le haut tous les salaires, une conférence nationale sur les salaires, les revenus et la croissance réunissant les partenaires sociaux sera organisée dès juin 2007. Cette conférence sera annuelle.  
 
8. Revaloriser immédiatement les petites retraites : L’amélioration des petites retraites sera la première priorité de la réforme des retraites. Elles seront augmentées de 5%. -Le minimum vieillesse sera versé mensuellement. -Le paiement des retraites de la sécurité sociale sera rétabli au 1er jour de chaque mois.  
 
9. Revaloriser immédiatement de 5% les allocations aux personnes en situation de handicap.  
 
10. Doubler l’allocation de rentrée scolaire qui sera versée aux familles en deux fois.
 
11. Réduire les coûts bancaires : Les tarifs bancaires seront réglementés par l’Etat : les agios et les pénalités liées aux incidents de paiement seront plafonnés et feront systématiquement l’objet d’une facture. L’Etat créera un service universel bancaire de base, favorisant les prêts sociaux et le micro-crédit. Afin de prévenir le surendettement, la publicité pour les prêts à la consommation sera réglementée et les établissements financiers qui octroieraient un crédit à des personnes non solvables seront sanctionnés. Ils devront participer au règlement des situations de surendettement à parité avec les organismes publics.  
 
12. Lutter contre le logement cher, une sécurité logement tout au long de la vie :

- Augmenter les allocations logement de manière à limiter à 25% le montant des dépenses de logement pour les ménages modestes.
- Construire 120 000 logements sociaux par an grâce à une incitation au livret A . L’Etat pourra se substituer aux maires qui n’appliquent pas la loi SRU.
- Créer un service public de la caution afin que celle-ci ne soit plus un frein à l’accès au logement tout en sécurisant le propriétaire. En contrepartie, les procédures d’expulsion des locataires de mauvaise foi seront simplifiées.
- Conditionner les avantages fiscaux et les aides publiques à une modération des loyers.
- Remettre à la location les logements vacants spéculatifs. Les communes pourront également les acquérir par une procédure exceptionnelle.
- Encourager l’accès à la propriété par l’extension des prêts à taux zéro. Dans le logement social, les locataires qui ont payé pendant 15 ans leur loyer pourront accéder à la propriété.
- Sanctionner financièrement les communes qui ne respectent pas le ratio moyen de un pour mille habitants pour les hébergements d’urgence.  
 
13. Mettre en place plusieurs indices des prix reflétant la dépense des ménages (minima sociaux, SMIC, retraites).

Partager cet article
Repost0
12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 22:20

Ségolène Royal au micro

 

Ce ne sont pas les 35 heures mais la droite qui détruit la valeur travail. « La politique de la droite a été profondément destructrice de la valeur travail car elle a érigé en norme la précarité pour le plus grand nombre. »

 

Des mesures fortes pour lutter efficacement contre la précarité

 

1. Conditionner les aides publiques aux entreprises à l’engagement de ne pas licencier quand l’entreprise dégage des profits substantiels et obtenir le remboursement en cas de délocalisation.

 

2. Moduler les aides aux entreprises et les exonérations de cotisations sociales, en fonction de la nature des contrats de travail, et supprimer le contrat nouvelle embauche (CNE) pour faire du CDI la règle.    

  

3. Développer la négociation collective à tous les niveaux et sur tous les thèmes, notamment sur les questions d’organisation du travail, de conditions de travail, d’aménagement du temps de travail, de pénibilité, de temps partiel subi. Sur les 35 heures, Ségolène Royal propose l’ouverture de négociations pour déterminer comment on peut consolider cet acquis et réduire ses effets négatifs pour les ouvriers et les employés.

 

Les moyens de sécuriser l’entrée des jeunes dans la vie active

 

4. Créer le droit au premier emploi des jeunes, pour qu’aucun jeune ne reste au chômage au-delà de six mois sans avoir un accès à une formation, un emploi aidé ou un tutorat rémunérés. Ségolène Royal propose d’ouvrir 500 000 emplois tremplins aux jeunes, en généralisant la mesure prise par les régions de gauche.

 

5. Instaurer un plan à taux zéro de 10 000 euros en faveur de chaque jeune pour l’aider à construire un projet.

Favoriser le retour à l’emploi.

 
6. Instaurer un revenu de solidarité active (RSA) permettant l’amélioration d’un tiers de  ses ressources à tout bénéficiaire de minima sociaux reprenant le travail.

 

7. Renforcer la qualification et la capacité de revenir à l’emploi des salariés menacés de licenciement : mettre en œuvre systématiquement une démarche de validation des acquis de l’expérience professionnelle et reconnaître à chacun un droit à la formation et à la reconversion inversement proportionnel à la durée des études.

 

8. Mettre en place une sécurité sociale professionnelle garantie par l’Etat et permettant à chaque personne privée d’emploi de se voir proposer par les pouvoirs publics un contrat de droits et devoirs comportant une rémunération, pendant un an, égale à 90 % du dernier salaire net perçu, une formation qualifiante, une aide personnalisée à la recherche d’emploi. Cette prestation sera assurée par le service public de l’emploi.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2007 7 04 /03 /mars /2007 22:32

Jacques-Attali.jpg

 

Depuis quelques semaines, la question du chiffrage des projets présidentiels de chacun des candidats est au coeur du débat.

 

Aussi nous vous invitons à découvrir le chiffrage du pacte présidentiel de Ségolène Royal. Puis nous vous invitons à lire un article de Jacques Attali intitulé "35 milliards d'euros? une misère" publié sur son blog dans lequel il répond à la question du chiffrage.

 

LE CHIFFRAGE DU PACTE PRESIDENTIEL

 

1. Estimation des recettes fiscales :

- Niches fiscales - Suppression de 10% des réductions et créditsimpôts sur le revenu les plus injustes : 6,0Md€

- Impôt sur le revenu - Annulation de 80% des baisses d’impôts (IRPP et ISF) les 20% les plus hauts revenus : 5,0Md€

- Fiscalité écologique - Taxe sur le kérosène, TGAP, taxe sur les superprofits pétroliers : 3,2Md€

- Subordonner les allègements fiscaux à la création d’emplois 10% des exonérations fiscales existantes 2,0Md€

- Taxe professionnelle - Abandon de la 3ème tranche d’exonération applicable en 2007 : 1,4Md€

- Fiscalité du patrimoine Annulation des mesures Raffarin – Villepin - Sarkozy : 0,7Md€

 

Total des recettes 18,3Md€

 

2. Coût des principales mesures

 

Education et recherche (12,6 Mrds€)

- Progression de 10% /an du budget de la recherche 4,8Md€
- Porter au niveau OCDE la dépense par étudiant 4,5Md€
- Renforcement de l’accompagnement scolaire 1,6
- Création du service publique de la petite enfance 1,3
- Autres mesures 0,3

 

Social et solidarité (11,5 Mrds€)
- Augmentation du SMIC et des minima sociaux 1,2Md€
- Egalité dans le logement et l’accès aux soins 0,8Md€
- Lutte contre la précarité 3,5Md€
- Plan hôpital 2,5Md€
- Construction de 120.000 logements sociaux par an 2,2Md€
- Autres mesures 1,3Md€

 

Travail et emploi (10,9 Mrds€)
- Réactivation des emplois-jeunes (secteur public) 1,5Md€
- Extension des 35h à tous les salariés 2,1Md€
- Couverture Professionnelle Universelle 2,0Md€
- EVA : Entrée dans la Vie Active des jeunes 2,1Md€
- Programme de « réindustrialisation » 0,3Md€
- Autres mesures 0,3Md€

 

Développement durable (7,3 Mrds€)
- Dépenses en faveur de l’innovation 1,8Md€
- Création du service public de l’énergie 0,8Md€
- Energies renouvelables et économies d’énergies 1,2Md€
- Aide publique au développement 3,5Md€


Services publics Service civique 3,5Md€
Augmentation des moyens de la justice 2,8Md€
Autres mesures 0,3Md€

 

Total dépenses 48,9Md€

 

Soit au final un coût de 48,9 – 18,3 = 30,6 milliards d’euros. Ce qui avec un taux de croissance de 2,5% par an permet de réduire le déficit public de 17 milliards d’euros sur 5 ans et avec une croissance de 3% par an le réduirait de 44 milliards !

 

L'ARTICLE DE JACQUES ATTALI

 

35 Milliards ? Une misère !

 
Les débats sur les chiffrages des programmes des candidats sont pathétiques. Non seulement aucun d’entre eux ne sait comment les financer, mais encore, à supposer qu’ils le soient, les montants en jeu sont dérisoire : On parle de 35 milliards d’euros pour cinq ans, soit 7 milliards de plus par an . Sait on que ces 7 milliards  ne représente que la moitié du profit d’une seule grande entreprise française, Total ? Comprend-t-on que cela signifie que l’effort nouveau de l’Etat français, qu’on nous annonce à grand son de trompette,  sera au plus égal à la moitié du profit de cette seule entreprise française pendant la meme période ? Pour etre plus clair encore, si l'Etat était  propriétaire de la  moitié de Total, il pourrait financer ces programmes nouveaux  par les seuls  dividendes qu'il recevrait comme actionnaire  De plus, les entreprises françaises elles-mêmes,  dont Total, ouvertes à tous les vents, justement, sont à la merci de prédateurs venus d’ailleurs. Sait on par exemple que la Chine accumule chaque année 200 milliards d’euros de plus dans ses réserves de change ? A coté de ca, l’Etat a bradé toutes ses sources de revenus autres que fiscales : Sait on que le total de ce que l’Etat a gagné en privatisant les entreprises nationales  ne lui a pas rapporté plus que… ce que ces mêmes entreprises rapportent aujourd’hui en deux ans à leurs actionnaires privés ?! L’Etat doit  donc redevenir  propriétaire ( et non opérateur) d'entités productrices de richesses. Il doit cesser de brader ses actifs, et en tirer le meilleur profit comme actoinnaire et non comme vendeur.  Renationaliser ? Créer une vraie agence de participations publiques? Doter massivement le Fonds de Reserve de retraites en lui attribuant les titres des entreprises publiques? Financer des PME en participant à leur capital au lieu de  les subventionner ? Le sujet est sans doute trop sérieux pour faire l’objet d’un débat dans cette campagne…

Partager cet article
Repost0

Bienvenue

Vous êtes sur le blog de la section socialiste de Franconville, n'hésitez pas à nous contacter et à commenter nos messages !

Pour nous contacter :

Tél : 06.71.27.34.23
Mail : contact@franconvillesocialiste.net

Réseaux sociaux

Archives

Forum

Hemicycle-de-l-Assemblee-nationale.jpg
Le forum des socialistes franconvillois est disponible en cliquant ici.

Nous soutenons

PS_Logo.jpg
Logo MJS
Coopol.png
bouton-labo.png
regions_qu_on_aime.png
LOGO-FC.png