Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 17:31

Marianne-le-vrai-Sarkozy.jpg

 

Le dossier de Marianne consacré au "Vrai Sarkozy" disponible en cliquant sur le lien suivant :

Le vrai Sarkozy Le vrai Sarkozy

Partager cet article
Repost0
23 avril 2007 1 23 /04 /avril /2007 17:39

Resultats-du-1er-tour-de-l-election-presidentielle-2007.png

Partager cet article
Repost0
17 avril 2007 2 17 /04 /avril /2007 16:52

anti-sarko.jpg

L'association Réformistes et Solidaires a édité deux clips de campagne que nous vous invitons à visionner.

 

 

 

L'ARTICLE DU 16/04/2007 PUBLIE PAR LE MONDE.FR SUR L'ACTION DE RESO

 

Avant l'élection présidentielle américaine de 2004, le mouvement MoveOn avait réussi, grâce à Internet, à mobiliser les opposants de George W. Bush, notamment en organisant un concours de vidéos, "Bush en 30 secondes", ensuite largement diffusées. Le site AntiSarko.net marche dans les pas de son aîné, en proposant une version "française" de deux spots qui s'étaient taillé un certain succès outre-Atlantique.

 

Ainsi "Child's pay" devient "Programme de Sarkozy : qui va payer ?", avec les mêmes images d'enfants balayant ou travaillant à la chaîne, sur fond musical, entrecoupées d'arguments écrits sur les déficits publics, non plus américains, mais français.

 

Le clip "Polygraph" a lui été repris sous le titre "Sarkozy menteur" : un "détecteur de mensonges" oscille au rythme des discours des candidats. L'appareil, qui s'affolait à l'écoute de George Bush sur la guerre en Irak, fait de même, dans son adaptation française, quand Nicolas Sarkozy évoque la tolérance, la laïcité, et affirme "j'ai changé".

Partager cet article
Repost0
11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 18:05

 

Partager cet article
Repost0
11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 16:19

Parle-a-mon-gene.jpg

Partager cet article
Repost0
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 16:21

 

Partager cet article
Repost0
9 avril 2007 1 09 /04 /avril /2007 16:27

 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2007 4 05 /04 /avril /2007 16:35

Logo-du-Canard-enchaine.png

 

Citations de Nicolas Sarkozy sur l'affaire de la Gare du Nord

 

-"Je commence vraiment à y croire. Encore une ou deux émeutes comme ça, et c'est plié."

-"Les émeutes de la gare du Nord, ces images de voyous ou de casseurs dans les journaux télévisés, ça m'a renforcé."

-"Je vous avait dit, il y a six mois, que j'installerais la sécurité et l'immigration dans cette campagne ! Maintenant, c'est fait, et je joue sur du velours car, sur ce terrain, Ségolène n'est pas crédible."

-"Il faut s'accrocher à ces thèmes et empêcher Ségolène de s'approprier la thématique sociale."

-"L'assistanat, c'est ce que ne supportent plus les trois quarts des Français. Martelez, à chacune de vos réunions, que Ségolène, c'est la faillite morale qui aide les fraudeurs, l'injustice sociale qui offre la gratuité des transports à ceux qui ne travaillent pas et en fait payer le coût à ce qui lèvent tôt pour aller bosser." (à propos de la décision du conseil régional d'Ile-de-France d'accorder aux bénéficiaires du RMI et à leurs familles, la gratuité dans les transports publics franciliens).

 

Minimares

 

Après les incidents de la Gare du Nord, le candidat UMP à la présidentielle s'en est pris aux critiques formulées par Royal et Bayrou ("Le Parisien", 31/3) et par le "microcosme parisien qui ne prend jamais le métro et qui n'a pas besoin de se lever tôt pour aller gagner sa vie". Tout ce que n'est pas Sarko, usager quotidien du premier métro...

 

L'AFP au kärcher

 

A l'occasion, l'Agence France Presse, qui alimente en infos chaudes toutes les gazettes du pays, sait, elle aussi, interpréter les sondages. Jeudi 29 mars , destinataire avant tout le monde des résultats d'une enquête BVA à paraître le lendemain dans "Les Échos", l'académique AFP a osé cette dépêche offensive à 18 h 36 : "Royal perd du terrain sur le social, écrasée par Sarkozy sur l'économie."

 

Le hic : dans le sondage en question, côté économie, l'écrasement n'était pas si écrasant ! 50 % des sondés estimaient que Sarko plus à même de mener une politique économique efficace contre 39 % à Ségolène. En revanche, côté social, l'écart entre les deux candidats était bien plus important, mais en faveur de Royal : 57 % d'opinions favorables pour la candidate du PS contre 33 % pour celui de l'UMP. Mais là point de Sarko écrabouillé aux yeux de l'AFP.

 

Résultat : les troupes de Ségolène ont passé un petit coup de fil pour dire leur ras-le-bol à l'AFP, un brin gênée. Miracle : une heure plu tard, à 19 h 24, la dépêche tombait à nouveau, avec ce titre revu et corrigé : "Royal perd du terrain, distancée par Sarkozy sur l'économie". Bel effort ! Pourtant, dans le texte, l'agence persistait à donner Royal "nettement distancée par son adversaire sur les enjeux économiques". En revanche, toujours pas de Sarko nettement distancé sur le social.

 

L'AFP aura manqué un brin de distance...

 

Vite dit !

 

L'international, avec Sarko, ce n'est pas encore ça ! Extrait de sa longue interview à "L'Express" (29/3) sur le thème "Quel président je serai" : "Le président [de la République française], ce n'est pas un arbitre, c'est un responsable. Il doit aussi rassembler le pays et non le diviser, au service d'un projet. La reine d'Angleterre est un arbitre."

 

En aucun cas. En vert d'un certain nombre de règles non écrites, la reine d'Angleterre ne peut exprimer aucun jugement en politique extérieure ni même intérieure, elle est tenue de désigner pour Premier ministre le chef du parti qui a remporté les législatives, etc., etc.

 

"Le président que sera" (peut-être) Sarko, gagnerait à se cultiver en affaires qui lui sont aujourd'hui assez étrangères.

 

Publié dans l'édition du mercredi 4 avril 2007, pages 2 et 8.

Partager cet article
Repost0
3 avril 2007 2 03 /04 /avril /2007 16:47

Alors que Sarkozy, le candidat démago d'une droite décomplexée, multiplie les amalgames douteux et les insultes, Ségolène Royal réagit avec fermeté. Ségolène Royal répond à Nicolas Sarkozy qui accuse la gauche d'être du côté des fraudeurs.

 

Nous entrons aujourd'hui dans la dernière ligne droite de la campagne et le ton se durcit. Il appartient à Nicolas Sarkozy de garder ses nerfs.

 

Après tout n'est ce pas le vrai visage du candidat SORTANT de l'UMP, celui d'un homme prêt à tout pour gagner, celui d'un homme qui pointe du doigt les plus faibles, celui d'un homme qui divise, celui d'un homme qui veut en France la démagogie fiscale, la stigmatisation sociale, l’autoritarisme et le mépris du dialogue social.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2007 1 02 /04 /avril /2007 16:01

"Pour moi il n’y a qu’une France, qu’une histoire de France, qu’une République. Il n’y a pas une histoire de France de droite et une histoire de France de gauche comme le croient le Parti Socialiste et le Parti Communiste. L’histoire de France appartient à tous les Français. "

 

Ici Nicolas Sarkozy essaie à nouveau de brouiler les pistes en voulant s'approprier les figures politiques historiques en France de Jean Jaurès à Charles Maurras. A gauche nous laissons volontiers Charles Maurras ou Paul Déroulède à la droite dure de Nicolas Sarkozy. Comme l'a dit Gérard Sébaoun lors de son lancement de campagne, il est peu réaliste d'imaginer Nicolas Sarkozy derrière Jaurès lors de la grande grève de Carmaux. Vous l'imaginez soutenir Lantier dans Germinal de Zola ? Nous non !

 

"La droite républicaine a eu tort pendant trop longtemps d’abandonner la République à la gauche et la nation à l’extrême-droite. J’ai voulu en finir avec cet abandon. Je veux tout assumer : toute l’histoire de France, toutes les valeurs de la France, toute la République."

 

Nicolas Sarkozy ne dit rien de nouveau ici. Un "grand démocrate" l'avait précédé en disant accepter tout de la monarchie à la Révolution, nous voulons bien évidemment parler de Napoléon Ier. Certes il reste dans le mémoire de certains comme un grand homme de l'histoire de France. Il a certes laissé un héritage à la France mais rappelons-nous qu'il est aussi l'homme qui a envoyé périr des millions d'homme pour sa seule gloire, qu'il est aussi l'homme qui a rétabli l'esclavage aboli sous la Révolution. Enfin, Napoléon avait pour habitude de nommer ses proches et des gens de sa famille aux postes de responsabilté, c'est "l'État impartial" qu'entend incarner Nicolas Sarkozy. Nous la rappelons ici, nous ne prenons pas tout dans l'histoire de France, la Révolution française oui mais ni l'empire et encore moins l'État français de Pétain.

 

"Cette crise morale, on en mesure la profondeur, quand on voit ce que le seul fait de parler de l’identité nationale peut provoquer d’hystérie dans une partie de la classe politique, dans certains milieux intellectuels, dans les médias…Que l’identité nationale soit devenue à ce point une grossièreté pour tant de gens qui ont une responsabilité dans la société, pour tant de gens qui prétendent appartenir à une élite, pour tant de gens qui se croient autoriser à donner des leçons à tout le monde, voilà ce que j’appelle une crise morale !"

 

Avec un culot certain Nicolas Sarkozy se pose en victime d'un complot politico-intellectualo-médiatique. Nul besoin de rappeler que Nicolas Sarkozy est ami avec Martin Bouygues, propriétaire de TF1, qu'il est ami avec Arnaud Lagardère, propriétaire d'Europe 1, dirigée de façon si "impartiale" par Jean-Pierre Elkabbach. Nous pouvons encore ajouter que Serge Dassault, sénateur-maire de Corbeil-Essonnes est membre de l'UMP et qu'il est le propriétaire du Figaro. Le clou serait d'ajouter que Bouygues, Lagardère et Dassault vivent des commandes publiques, que ce soit pour la construction et la défense nationale ! L'identité nationale ne pose aucun problème à la gauche, mais nous estimons qu'il ne revient pas à une agence ou à un ministère de fixer l'identité nationale. Vous imaginez facilement qu'il est encore moins question d'en faire une question politique en l'associant à l'immigration, encore affublée de tous les malheurs à droite comme à l'extrême droite.

 

"Je suis de ceux qui pensent que la France n’a pas à rougir de son histoire. Elle n’a pas commis de génocide. Elle n’a pas inventé la solution finale. Elle a inventé les droits de l’Homme et elle est le pays du monde qui s’est le plus battu pour la liberté. Je suis convaincu que pour un Français, haïr la France, c’est se haïr lui-même.  Je suis convaincu que la haine de soi est le commencement de la haine des autres.  Je veux dire que durant la guerre tous les Français n’ont pas été pétainistes, qu’ils y a eu aussi les héros de la France libre et de la résistance, que si certains Français ont dénoncé des Juifs à la Gestapo, d’autres, beaucoup plus nombreux, les ont aidés au péril de leur vie, que des mères ont caché des enfants juifs parmi leurs propres enfants. "

 

Quand on se dit Européen et que l'on ose renvoyer cela à l'Allemagne, notre Nation soeur, c'est une véritable honte. Oui la France n'a pas inventé la solution finale mais nul besoin de rappeler qu'elle y a collaboré en envoyant des convois de juifs mourir dans les camps nazis. Nicolas Sarkozy reprend ici la fiction du général de Gaulle visant à faire du peuple français un peuple martyrisé et résistant. Il ne s'agit nullement de nier que certains Français aient étés résistants, il ne s'agit encore moins de juger les gens qui ont été attentistes ou collaborationnistes, ce serait trop facile. Nicolas Sarkozy dit vouloir tout accepter de l'histoire de France mais a drôle de conception des pages noires... Nous ne sommes pas les candidats de la repentance perpétuelle mais nous assumons le mal que nous avons fait. Quant aux droits de l'homme, nous avons notre part dans leurs créations mais il est quand même bien présomptueux de dire que nous les avons inventés !

 

"Je veux dire que dans les colonies, tous les colons n’étaient pas des exploiteurs, qu’il y avait parmi eux beaucoup de gens courageux qui avaient travaillé dur toute leur vie, qui n’avaient jamais exploité personne, qui avaient construit des routes, des hôpitaux, des écoles, qui avaient enseigné, qui avaient soigné, qui avaient planté des vignes et des vergers sur un sol aride, qui ne devaient rien qu’à eux-mêmes, qui avaient beaucoup donné à une terre où ils étaient nés et qui un jour n’ont eu le choix qu’entre la valise et le cercueil. Ils ont tout perdu.  Je veux qu’on les respecte. Je veux dire que si la France a une dette qu’elle n’a pas réglée, c’est celle qu’elle a vis-à-vis de ceux qui en Indochine et en Algérie se sont battus pour elle et ont du quitter leur pays pour ne pas être assassinés. Je veux que la France reconnaisse sa dette, vis-à-vis des harkis et des supplétifs d’Indochine et qu’elle l’honore. C’est une question d’honneur et l’honneur pour moi c’est encore une vertu cardinale pour un homme comme pour une nation. "

 

Là encore, Nicolas Sarkozy veut s'assurer le soutien d'une partie de la population sensible à ces questions, les pieds-noirs et leurs descendants et bien sûr l'extrême droite même s'il ne faut pas faire l'amalgame entre ces deux catégories car les pieds-noirs ne forment pas un bloc monolithique comme nous le rappelait il y a encore peu Gérard Sébaoun qui est né et a vécu en Algérie pendant les derniers temps de la colonisation. Ici encore il s'agit de maquiller l'histoire pour la rendre plus convenable. Pendant que nous étions déjà la "patrie des droits de l'homme" les indigènes étaient traités différemment des colons et avaient des droits moindres. La France a exploité les territoires des colonies, il faut encore l'assumer. Il ne s'agit pas de noircir le passé de notre pays mais seulement de l'assumer.

 

"Ce qui vient de se passer autour des événements de la gare du Nord est un autre révélateur de la gravité de la crise morale que nous traversons. Car enfin c’est inouï : voilà un jeune délinquant déjà impliqué à 22 reprises dans des délits souvent commis avec violence, sept fois condamné, ayant fait l’objet de deux interdictions du territoire par la justice et d’un arrêté de reconduite à la frontière, qui prend le métro sans payer son billet, qui s’en prend violemment aux agents de la RATP qui veulent le contrôler, qui est revenu illégalement en France après en avoir été expulsé et qui devient une sorte de héros pour certains candidats et pour une partie de ce microcosme parisien qui ne prend jamais le métro et qui n’a pas besoin de se lever tôt pour aller gagner sa vie. Prendre la défense du fraudeur. Toujours trouver des excuses à ceux qui ne respectent rien. Voilà ce que j’appelle la faillite morale d’une certaine gauche ! Absoudre le fraudeur, alors que c’est le travailleur qui a des fins de mois difficiles qui paie à sa place. Voilà ce que j’appelle la faillite morale d’une certaine gauche !  Prendre systématiquement contre la police, contre la gendarmerie, le pari des voyous et des casseurs qui cherchent le moindre prétexte, pour terroriser, pour piller, pour détruire. Voilà ce que j’appelle la faillite morale d’une certaine gauche ! Cette gauche qui voudrait nous faire croire que les voyous qui ont tout cassé à la gare du Nord étaient juste révoltés par l’injustice, cette gauche-là a perdu tout sens moral. Maintenant au moins, on sait ce que c’est l’ordre juste. L’ordre juste c’est quand ceux qui ne veulent ni étudier ni travailler ont le droit de piller un magasin pour se procurer des chaussures de sport sans avoir à les payer. L’ordre juste c’est lorsqu’on trouve normal de frauder, d’insulter la police, de frapper les passants, de casser les vitrines, de brûler la voiture de son voisin, de voler ce qu’on ne peut pas se payer parce qu’on ne veut pas travailler,  L’ordre juste c’est le moralisme qui se retrouve toujours du côté des voyous contre les victimes, contre l’autorité, contre la propriété. L’ordre juste c’est toujours trouver des excuses pour ne jamais avoir à punir. L’ordre juste c’est toujours trouver de bonnes raisons aux délinquants. L’ordre juste c’est tenir toute intervention de la police pour une provocation. L’ordre juste c’est le nouveau paravent de l’inconséquence et de la bonne conscience d’une certaine gauche.  L’ordre juste, quand on le juge à l’épreuve des faits, c’est juste le désordre et au bout du désordre, il y a toujours l’injustice."

 

Ici Nicolas Sarkozy ment puisque le "fraudeur" de la Gare du Nord avait bénéficié en septembre denier qu'un jugement du tribunal administratif annulant l'arrêté de reconduite à la frontière. L'homme était entré sur le territoire dans le cadre du regroupement familial,afin de rejoindre sa famille ! Le ministre de l'intérieur François Baroin et son prédécesseur, Nicolas Sarkozy ne reculent devant aucun mensonge pour séduire l'extrême droite et lier insécurité et immigration. La gauche n'est pas le camp du laxisme, Ségolène Royal a été ferme sur la question, quand l'on prend les transports publics on paie son billet. Nous distinguons ce contrôle des incidents et des dégradations inexcusables qui ont suivi. Les casseurs n'ont aucune excuse. Cela ne nous empêche pas de constater la faillite de la police spectacle et inefficace de Nicolas Sarkozy. L'ordre juste monsieur Sarkozy ce n'est pas le laxisme, l'ordre juste c'est l'équilibre entre l'ordre et la justice dans tous les sens du terme. Monsieur Sarkozy qui croit que vous prenez le métro régulièrement ? Sûrement pas nous alors cessez votre démagogie minable. Quant à la référence à l'heure du lever pour aller travailler, il n'y a rien à ajouter sinon que travailler 8 heures que vous vous leviez à 6h00 ou à 12h00 c'est du pareil au même et surtout que les chômeurs loin de faire la "grasse matinée" comme vous le laissez entendre, aimeraient se lever "tôt" pour aller travailler !

 

"Que pense la France qui travaille, la France qui a peur de perdre son emploi, qui a peur du déclassement, qui a peur de l’exclusion, la France qui se donne du mal et dont le pouvoir d’achat diminue, qui arrive de moins en moins bien à se loger avec les revenus de son travail, que pense cette France-là quand elle voit ce qui s’est passé à la gare du Nord ? Que se dit-elle quand elle voit les casseurs, quand elle entend que la police est coupable de faire son métier, qu’en arrêtant les fraudeurs c’est elle qui est coupable de susciter la haine ?  Que ressent le citoyen qui n’en peut plus de l’insécurité et de la violence, qui n’en peut plus de payer des impôts pour entretenir des assistés qui gagnent plus que lui sans rien faire et qui ne respectent aucune loi, aucune règle, aucune autorité ? Que ressent ce citoyen quand il entend une candidate déplorer que le fossé se creuse entre les citoyens et la police alors que lui il veut que la police fasse son métier, alors que lui il connaît trop le prix des choses pour les casser, alors que lui il ne trouve pas que les émeutiers qui s’attaquent à la police et aux vitrines ressemblent tellement à l’immense majorité des citoyens de ce pays, parce que pour lui un citoyen c’est quelqu’un qui se comporte avec civisme, c’est quelqu’un qui ne s’attaque pas aux biens d’autrui ? Eh bien ce citoyen, je crois qu’il se dit que cela suffit, que cela ne peut plus durer. Je crois que ce citoyen, si l’on continue à toujours trouver des excuses aux voyous, il va finir un jour par se laisser tenter par les extrêmes.  Je ne veux pas laisser l’ordre à l’extrême droite."

 

Nicolas Sarkozy nous rejoue presque la triste carte du "bruit et de l'odeur" de Jacques Chirac à Orléans en 1991. Monsieur Sarkozy, une majorité de Français n'est pas soumise à l'impôt sur le revenu mais paie tout de même l'impôt avec la TVA. La majorité des Français ne serait pas soumise à un impôt sur la succession. Vous laissez croire que le "peuple"' est surtaxé pour mieux baisser les impôts pour votre clientèle politique et favoriser les déjà privilégiés dans l'espoir qu'ils investissent dans la création d'emplois, ce qui n'a jamais fonctionné. Encore une fois vous prenez des cas isolés pour en faire des généralités et inquiéter les citoyens. Nous avons aucune excuse pour las casseurs de la Gare du Nord mais vous profitez d'un effet grossissant de la médiatisation de certains incidents pour faire peur aux citoyens comme George Walker Bush a fait peur aux Américains pou réduire les droits et libertés et justifier toutes ses guerres stupides. Vous ne voulez pas laisser l'ordre à l'extrême droite, soit, mais vous partagez déjà l'injustice et certains de leurs points de vue !

Partager cet article
Repost0

Bienvenue

Vous êtes sur le blog de la section socialiste de Franconville, n'hésitez pas à nous contacter et à commenter nos messages !

Pour nous contacter :

Tél : 06.71.27.34.23
Mail : contact@franconvillesocialiste.net

Réseaux sociaux

Archives

Forum

Hemicycle-de-l-Assemblee-nationale.jpg
Le forum des socialistes franconvillois est disponible en cliquant ici.

Nous soutenons

PS_Logo.jpg
Logo MJS
Coopol.png
bouton-labo.png
regions_qu_on_aime.png
LOGO-FC.png